Pour sauver les otaries à fourrure du Cap de l'extinction !!!

Publié le par P



APPEL INTERNATIONAL POUR UNE NON-INTERDICTION DES PHOQUES (OTARIES A FOURRURE) SUR L'ÎLE DU PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO EN AFRIQUE DU SUD - APPELÉE APRÈS EUX - L'ÎLE ROBBEN 

En signant cette pétition, vous aidez dans le rétablissement de cette espèce de phoque dans son chemin d'évolution, ce faisant, évitant son extinction et, dans le processus de fin de 600 ans de matraquage des phoques. La perte de l'habitat naturel de reproduction est le plus grand danger, auquel font face les otaries à fourrure du Cap.

Les otaries à fourrure du Cap, ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde, sauf autour de la pointe de l'Afrique, et pendant des millions d'années, n'ont pas évolué en "Vrais Phoques", et en tant que tels, sont tenues de passer jusqu'à 50% de leur temps sur la terre sèche, pour se reposer, se tenir chaud eux-mêmes, pour s'accoupler, se reproduire et élever leurs jeunes.

Les îles au large sont leur habitat naturel. La chasse et l'interdiction physique ont déjà veillé à ce que cette espèce ait disparu de toutes les grandes îles au large de la côte d'Afrique du Sud.

En 1893, l'administration coloniale a alors adopté une législation qui permettrait de sauver les otaries à fourrure du Cap de la disparition, après presque 500 ans de chasse commerciale aux phoques îliène, dans laquelle des millions et des millions de phoques ont été matraqués à mort. En 1973, le gouvernement de l'apartheid d'Afrique du Sud a introduit la plus forte protection des otaries à fourrure du Cap, avec la Loi de Protection des Oiseaux de mer et des Phoques (loi no.46 de 1973). Dans laquelle il est déclaré que les 11 îles et 10 rochers au large de la côte sud-africaine étaient désormais des îles au large protégées pour ces espèces.

Sur les 11 îles et 10 rochers au large de la côte sud-africaine, qui correspond à un total de 1000 hectares de terres insulaires. 2 de ces îles représentent à elles seules 85% ou 850 ha. Une de ces îles, la plus importante dans le sud de l'Afrique, représente à elle seule plus de 57% des terres protégées au large. Ces 2 îles sont les seules îles le long des 4.000 km de côtes assez grandes pour soutenir l'avenir des otaries à fourrure du Cap, les deux n'ont pas disparu pour les phoques.

Une de ces îles, Robben (Robbe étant le mot néerlandais pour phoque), a été appelée "l'île des phoques" par les premiers explorateurs de nos côtes. Son passé modifié par l'humanité a impliqué la chasse aux phoques, la pêche à la baleine, le bannissement des esclaves, une colonie de lépreux, une base militaire, une prison politique et aujourd'hui, il s'agit d'un sanctuaire de faune sauvage et d'un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Alors que 23 espèces de mammifères non-indigènes ont été introduites sur l'île au fil des ans - les phoques, après avoir été exterminés au début de 1800, n'ont pas disparu et ont été interdits de reproduction sur l'île. Si chaque phoque en Afrique du Sud était autorisé à retourner dans cette importante colonie de phoques, ils occuperaient seulement un total de 32 ha de cette île de 573 hectares, soit seulement 6%.

En ré-ouvrant cette île pour les phoques, le matraquage commercial de 60 000 bébés phoques âgés de 7 mois sur le continent, pourrait finalement arriver à une fin, comme les mères allaitantes ont maintenant une alternative pour élever leurs jeunes, protégées et libres de la chasse en Namibie. 40 000 phoques nouveau-nés, de même qui sont mouillés dans les mers avoisinantes, en raison de leurs naissances sur des petites roches à fleur d'eau inappropriées, auront une chance de survie.

Avec les otaries à fourrure du Cap actuellement seulement autorisées à élever sur 1% du plus petit des rochers à fleur d'eau en mer, leur avenir est bien sombre.

Je demande humblement et désespérément à tous ceux qui la voient de signer cette pétition et de la transmettre à tous ceux que vous connaissez.

Pour les phoques, je suis.

Francois Hugo – Seal Alert-SA
http://sealalertsa.wordpress.com/
http://www.canadianvoiceforanimals.org/SASealAlert_Index.html

Cordialement,

Les signataires.

Click on the yellow "PETITION" for signing

PETITION

Merci pour les otaries à fourrure du Cap

Commenter cet article