Stop à l'utilisation de cochons dans les cours de formation de traumatologie à Vanderbilt !!

Publié le par P

caged dog















http://www.newsoftomorrow.org/IMG/jpg/article_cochons.jpg

L'ouragan Katrina a dévasté la Nouvelle Orléans. Beaucoup de récits de ses séquelles sont désespérants. Mais certains sont source d'inspiration. L'histoire des chiens utilisés et tués dans la formation des étudiants en médecine à l'Ecole de Médecine de l'Université d'Etat de Louisiane est les 2 à la fois. 

Avec des chiens enfermés dans des cages depuis plusieurs années, le PCRM a exhorté l'Ecole de médecine de l'Université d'Etat de Louisiane (LSU) de remplacer son laboratoire d'animaux en faveur d'alternatives non-animale validées, largement mises en œuvre.

Malheureusement, en 2005, les chiens devant être utilisés et tués à la LSU ont rencontré une mort prématurée lorsque leur installation de logement a été détruit par l'ouragan Katrina. Après l'ouragan, la LSU a été incapable de poursuivre sa physiologie des animaux de laboratoire pour les étudiants en médecine - épargnant la vie d'innombrables chiens. Mais l'école a précisé qu'elle avait l'intention de rétablir le laboratoire. Mais le PCRM a continué de suivre, en exhortant la LSU à ne pas rétablir le laboratoire d'animaux. Et l'université a récemment confirmé au physicien du PCRM, John Pippin, MD, qu'elle ne rétablirait pas le laboratoire d'animaux et n'avait pas l'intention de le faire.

"Il ne devrait pas y avoir une catastrophe naturelle comme l'ouragan Katrina pour forcer des écoles de médecine à remplacer l'utilisation d'animaux", explique le Dr Pippin. "Ce qui s'est passé à la LSU montre qu'une expérience d'une école avec des outils pédagogiques non-animaaux peut rapidement démontrer que l'utilisation et la mise à mort des animaux dans un laboratoire médical n'est pas nécessaire".

La LSU a officiellement rejoint les plus de 90 pour cent des écoles de médecine aux États-Unis qui ont éliminé les animaux vivants des laboratoires de leurs programmes. Elles ont choisi des méthodes d'apprentissage non-animales, comprenant des simulateurs de sutures à faible cout, des salles d'opération de mentorat et des modèles mannequins de haute-fidélités.

L'activisme persistant du PCRM qui sauve les animaux de laboratoires de l'école de médecine encourage également le Advanced Trauma Life Support (ATLS) pour choisir des programmes humains de remplacement à l'utilisation de chèvres, cochons, chiens et autres animaux.

En avril, le Dr. Pippin a contacté le directeur du programme ATLS au "Sunnybrook Health Sciences Centre" à Toronto. Il a demandé que l'hôpital cesse de tuer des cochons dans son programme de formation des traumatismes et passe à des méthodes de formation supérieure non-animales. Le PCRM a appris récemment que le programme a cessé d'utiliser les animaux et utilise désormais exclusivement le Systême TraumaMan. Avec votre soutien, le PCRM a eu huit récentes victoires en ATLS, dont la première au Canada. Mais il reste encore beaucoup de travail à faire. Le PCRM continue d'exhorter les quelques programmes ATLS qui utilisent et tuent des animaux - comprenant le Centre Médical de l'Université - à passer à des méthodes de formation humaine. 


Le PCRM a fait valoir que l'utilisation de porcs vivants par Vanderbilt dans un cours de formation de traumatisme en Juillet a violé la Loi fédérale du bien-être des animaux. Et, dans une plainte enregistrée auprès du centre médical du Comité Institutionel du Bien-être et de l'Utilisation des Animaux, M. Pépin a dit que le cours utilisait illicitement et inutilement des animaux.

La formation d'ATLS effectuée à Vanderbilt consiste à couper des cochons vivants anesthésiés et à pratiquer des procédures médicales d'urgence. Après la session de formation, les animaux sont tués. Les animaux sont également soumis au traumatisme du confinement, du transport et de la préparation à la chirurgie. Des méthodes de formation non-animales ont été approuvées par le Collège Américain des Chirurgiens, l'organisme de supervision de ces cours.

Vanderbilt est l'une des dernières institutions dans le pays utilisant des animaux dans de tels cours. Des simulateurs de patient humain "Lifelike" ou des cadavres humains sont utilisés dans plus de 90 pour cent des installations américaines fournissant une formation ATLS, comprenant le Centre Médical de l'Université du Tennessee à Knoxville et le Centre Médical Erlanger à Chattanooga.

Visitez http://www.pcrm.org/ pour en apprendre plus sur les alternatives à l'utilisation des animaux dans l'enseignement médical et les programmes ATLS.

S'il vous plaît contactez le Doyen Jeffrey R. Balser, MD, Ph.D., de l'Ecole de Médecine de l'Université Vanderbilt et  demandez-lui de remplacer l'utilisation des cochons dans tous les cours de Advanced Trauma Life Support (ATLS) par des méthodes de formation non-animales validées.

Click on the yellow "PETITION" for signing

PETITION

Merci pour ces cochons
             

Commenter cet article