Merci de prendre part à notre action pour stopper la chasse aux phoques canadienne !!!

Publié le par P



Merci de prendre le temps d’exprimer votre soutien pour la loi “Harb” en faveur des phoques. Avec votre aide, nous pouvons mettre fin à cette chasse commerciale cruelle une fois pour toutes.

Vous pouvez aussi sauver les bébés phoques en faisant un geste pour notre campagne : Arrêtons la chasse aux phoques. Votre contribution permettra aux observateurs d’IFAW de continuer à documenter la cruauté inhérente à cette chasse en dépit des dangers auxquels ils sont confrontés et leur permettra de continuer à mener campagne afin de s’assurer de l’adoption historique d’une loi qui interdira le commerce des produits dérivés de phoques et contribuera à mettre fin à la chasse aux phoques à travers le monde.

S’il vous plaît, envoyez le message ci-dessous à au moins trois de vos amis en les encourageant à agir. J’ai besoin que vous nous aidiez à atteindre notre objectif de plus de 200 000 courriels et lettres envoyés pour appuyer cette loi historique.

Avect toute ma gratitude,
Fred O’Regan, Directeur général

Lisez le message ci-dessous de Fred O’Regan, Directeur général du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et agissez pour mettre fin à la cruelle chasse aux phoques commerciale du Canada…

Alors que le miracle de la vie se produit sur la banquise, très rapidement celle-ci se couvre du sang de centaines de milliers de bébés phoques témoignant du massacre printanier à des fins commerciales au Canada,

Les phoques âgés de trois semaines sont frappés, à coups de gourdin notamment. D’autres, blessés par balle, agonisent sous la glace après avoir réussi à s’enfuir ou sont dépecés vivants.

Mais pour la première fois de notre histoire, un politicien canadien propose une loi visant à mettre fin à la souffrance des bébés phoques.

Dîtes au Canada que vous soutenez la loi “Harb” mettant fin à la chasse aux phoques.

Chaque année, IFAW se rend sur la banquise afin de documenter la cruauté inhérente à cette chasse. J’ai vu des bébés phoques encore vivants être trainés sur les bateaux à l’aide de crochets métalliques, des phoques abandonnés sur la glace, agonisant après avoir eu la tête frappée à coups de gourdin.

La souffrance, vous et moi ne pouvions l’empêcher en raison de la législation canadienne nous interdisant d’intervenir.

Jusqu’à maintenant. Car la loi Harb pour les phoques vise à mettre fin à cette chasse.

Le Sénateur Harb a fait preuve d’une détermination et d’un courage incroyables en s’exprimant haut et fort sur ce sujet au nom de la majorité des canadiens. Cependant, il ne peut pas gagner ce combat seul.

Vous et moi devons agir vite afin de garantir l’adoption de cette loi.

Le Sénateur Harb souhaite remplir son bureau du sol au plafond de messages de soutien en faveur de sa loi pour les phoques. Notre objectif est de collecter plus de 200 000 courriels, cartes d’action et de lettres dans les jours à venir (soit un message par phoque tué cette année) - Je compte donc sur vous pour agir dès maintenant.

Inondons les messageries du Sénateur et de l’Ambassade du Canada de messages de soutien. C’est le moyen de nous assurer qu’il n’y aura plus de bébés phoques dépecés vivants ou touchés par balle et condamnés à souffrir.

Vous pouvez aussi faire un don aujourd’hui afin de nous aider à faire adopter cette loi historique.

Le monde regarde.

Je vous remercie,

Fred O’Regan
Directeur général, IFAW

PS: IFAW a été fondé il y a 40 ans pour mettre fin à ce massacre. Des personnes comme vous se sont battues à nos côtés et ont gagné une première étape : la réduction des quotas de chasse en 1971. Nous avons assuré l’interdiction d’importation de produits dérivés de phoques aux USA en 1972. Nous avons réussi à obtenir une interdiction européenne du commerce des peaux de blanchon en 1983. Et aujourd’hui, avec votre aide, nous allons œuvrer pour que cette loi historique mettant fin à la chasse aux phoques de façon définitive soit adoptée.


Click on the yellow "PETITION" for signing

PETITION

Merci pour les phoques

Commenter cet article