STOP au commerce de la viande de chiens aux Philippines !!!

Publié le par P




Histoire 

La consommation de la viande de chien a existé comme un long phénomène culturel dans les provinces du Nord des Philippines, traditionnellement associé à des événements festifs et rituels de deuil. 

Historiquement, le rituel de consommer de la viande de chien représentait un nombre relativement restreint d'animaux. Cependant, au cours des 25 dernières années, manger la viande de chien a rapidement proliféré à des fins commerciales plutôt que pour des raisons culturelles. Aujourd'hui, une multitude de restaurants existent exclusivement pour vendre la viande de chien, et les estimations actuelles indiquent que jusqu'à un demi-million de chiens sont abattus et consommés chaque année dans ce commerce aux Philippines. 

La majorité des chiens sont d'origine des provinces de Batangas et Laguna, au sud de Manille, et sont transportés vivants vers les provinces de Benguet, La Union et Ilocos Sur, où ils sont abattus et consommés. 

Législation

La consommation de la viande de chiens a été interdite à Manille en 1982, et du pays en 1998 par l'intermédiaire de la Loi de la République n ° 8485, dite loi sur la protection des animaux avec des exemptions pour les chiens tués et mangés dans le cadre de rituels autochtones. 

Plus récemment, cette interdiction nationale a été renforcée par la Loi sur la rage (RA 9482), qui a mis à niveau de pénaliser les commerçants de viande de chien en les condamnant à des peines de prison et à une augmentation substantielle des amendes comme un moyen de limiter la propagation de la rage. 

Alors que de nombreuses personnes au sein du commerce de la viande de chien ont été arrêtées et poursuivies avec succès par les organisations de protection des animaux en collaboration avec la police, un manque d'application et la tolérance judiciaire à la consommation de la viande de chien sont endémiques, ce qui permet à l'industrie de prospérer. 

Violations du bien-être des animaux

En dépit de la publicité internationale de grande envergure mettant en lumière la cruauté endémique, les commerçants de viande de chien restent indifférents à la souffrance animale et résistent à tout changement qui permettrait d'améliorer le bien-être. 

Les marchands de viande de chiens acquièrent des animaux en volant régulièrement des animaux domestiques, en capturant des errants et en achetant des chiens non désirés. Lors de l'acquisition, le museau du chien est immédiatement lié avec une ficelle en nylon ou une boîte de conserve est fixée au museau. 

Leurs pattes de devant sont bloquées dans leur dos et ficelées. Les chiens restent dans cette condition, parfois pendant des jours, sous une chaluer de plus de 30 degrés, sans eau ni nourriture. 

Pendant le transport, les chiens sont entassés dans des cages de fil de fer ou de bambou tellement serrés qu'ils sont littéralement incapable de bouger. Les plus chanceux coincés contre les barreaux de la cage obtiennent un peu d'air frais dans la chaleur étouffante. Les chiens, au milieu de la charge sont moins fortunés et souvent étouffent ou meurent d'un coup de chaleur. 

Les conditions pendant le transport sont si mauvaises que, en moyenne 40 à 50 pour cent des chiens meurent avant d'atteindre leur destination. À l'occasion, les taux de mortalité durant le transport montent aussi haut que 90%. Les taux de mortalité ne sont d'aucun intérêt pour les commerçants de viande de chien comme les animaux morts sont traitées en même temps que ceux qui sont vivants pour les marchés et les restaurants, et sont toujours rentables. 

Les chiens sont abattus dans des abattoirs de fortune, en étant battus ou en ayant la gorge tranchée alors qu'ils sont encore conscients. Leur fourrure est brûlée avec un chalumeau et les corps sont démembrés et distribués aux marchés locaux. Il est tout à fait possible que les chiens abattus soient pelés conscients. 

Des observateurs vétérinaire concluent en se basant sur le modus operandi ci-dessus, que les niveaux de souffrance et d'anxiété sont très et beaucoup trop élevés et uniformes pour les animaux impliqués dans le commerce de viande de chien. 

La transmission de la rage

Environ 10.000 chiens et 350 personnes meurent de la rage aux Philippines chaque année.

Consommer un chien infecté est une activité à risque élevé et peut causer la transmission du virus de la rage à l'homme. Parce que les commerçants de viande de chien s'approvisionnent systématiquement de chiens errants, la menace de transmission de la rage dans la viande de chien est très réelle. 

Le 1 er Février 2006, le Philippine Daily Inquirer a indiqué qu'une fillette de 4 ans, à qui il a été donné de la viande de chien par ses voisins, est décédée de la rage et d'encéphalite. Son père a déclaré qu'elle avait développé une forte fièvre et les symptômes de la rage peu de temps après avoir mangé de la viande. Elle a été transportée d'urgence à l'hôpital mais est décédée quelques heures plus tard.

Click on the yellow "PETITION" for signing

PETITION

Merci pour les chiens aux Philippines

Commenter cet article